Le manifeste
Estampes numériques sur papier Hahnemühle Photo Rag, 152,40 × 190,50 centimètres, 2016;

Maison-nichoir (deux chambres)
Maison-double (combles aménagés)
Maison-balcon (vue sur la mer)

Comme une architecture qui vient de l’intérieur, trouvée dans la nécessité plutôt que de la nouveauté. Des plans inspirés de ceux qui devaient se cacher, se blottir et s’abriter.

Telle une ode à ma génération, prise dans une ère immobilière instable, ces maisons devront être des lieux impossibles que l’on regarde qu’à travers un écran, une projection, une image. Ce sont des structures idéalisées, des maquettes mises à la disposition de l’imaginaire. C’est une architecture des coulisses dont les fenêtres ne montrent que des indices, qui cache les chambres sous les combles et qui fait de l’espace, celui de l’intimité.
Maison-cave (faux rez-de-chausée)
Maison-sorcière (vermeille)
Maison-vigile (Sault-au-Cochon)
<